Mathilde – Ecovolontariat au ZooRefugio de Tarqui (Equateur)

ZooRefugio de Tarqui

Equateur

Témoignage de Mathilde. Retrouvez son expérience en détails sur son blog.

Je suis partie seule cet été en Équateur, pendant deux mois.
En préparant mon voyage, j’ai appris qu’il était possible de faire du volontariat auprès d’animaux menacés. J’ai approfondi mes recherches et suis arrivée par hasard sur le site www.zoorefugiotarqui.com. Deux jours plus tard, je suis tombée sur un post Facebook d’une française qui venait de quitter le refuge. J’ai donc pris contact avec et c’est elle qui m’a convaincu de partir. Je ne savais pas encore que quelques mois plus tard je la remercierais de tout mon cœur !
J’ai envoyé un mail à l’adresse du site, Fanny la propriétaire m’a répondu très vite. Le courant est passé tout de suite, et le refuge pouvait m’accueillir aux dates qui me convenaient.

Le Refuge

zoorefugio

Le refuge est installé à Tarqui, une toute petite ville dans la région de l’Amazonie. Fanny & Willian, un couple équatorien originaire de la ville, ont crée le refuge en 2008. Ni l’un ni l’autre n’avaient d’expérience « professionnelle » avec les animaux : Fanny est professeur d’anglais et Willian électricien. Leur amour pour les animaux et leur désolation de les voir souffrir à cause de l’action de l’Homme les a amené à débuter leur projet. Ils ne sont partis de rien, et ont économisé pendant plusieurs années pour ouvrir ZooRefugio Tarqui. L’état Équatorien ne subventionne sous aucune forme les structures venant en aide aux animaux. C’est pourquoi Fanny & Willian ont eu l’idée d’ouvrir le refuge au public (3$ l’entrée), et de construire également un restaurant et une piscine pour accueillir le plus large public possible. Avec leurs différentes activités, ils arrivent à gagner un peu d’argent pour les animaux et améliorer constamment le refuge. Le couple travaille 7j/7 et quasiment 24h/24 (Willian dort au refuge pour monter la garde). Ils ne prennent que 3-4 jours de vacances par an, qui peuvent être interrompus à tout moment si un animal est malade (ce qui arrive toujours au mauvais moment… !).

Les Animaux

eco-volon-19Le refuge accueille aujourd’hui plus de 200 animaux, tous natifs de la forêt Amazonienne. Aucun d’entre eux ne peut être relâché car ils ont tous perdu leurs aptitudes à survivre seul (chasser, se protéger, etc.). La plupart d’entre eux sont issus de trafics illégaux (commerce, détention illégale chez des particuliers,…). D’autres proviennent de zoos équatoriens qui ont fermé pour diverses raisons. Et certains ont été retrouvés sur la route, blessés ou perdus, et ramenés ici par le ministère de l’environnement. Voici le genre d’animaux que l’on rencontre dans ce refuge : Aras, Caïmans, Ocelots, Raton Laveur, Pumas, Perroquets, Toucan, Singes Araignées, Jaguars, Capucins, etc.

Journée type du volontaire

img_8492On se lève à 7h, petit-déjeuner de 7h30 à 8h. Puis à 8h, nous allons à l’aire de nutrition pour préparer la nourriture de chaque animal (environ 30-45 min). Ensuite, nous partons pour nettoyer les cages et déposer la nourriture. Lorsqu’il y a peu de volontaire cela prend environ 2h30. Nous retournons à l’air pour tout nettoyer et allons manger vers 12h. L’après-midi commence à 15h, nous re-préparons la nourriture et allons la déposer, sans nettoyer cette fois-ci. Les journées se terminent vers 17h. A vrai dire, aucune journée ne se ressemble. Notre travail varie en fonction des besoins du refuge. Ce programme n’est pas exhaustif ! Willian compte beaucoup sur nous pour vérifier que tout soit nickel, observer tous les animaux pour être sûr qu’ils sont en bonne santé. Le couple est également très ouvert aux nouvelles idées pour améliorer le refuge. Nos journées dépendent énormément de l’intérêt et de notre engagement ! Fanny & Willian sont très accueillants et font tout pour que les volontaires apprennent, voient, découvrent le plus de choses possible.

Devenir Volontaire

maison-des-volontairesLe Refuge accueille des volontaires toute l’année : de dix jours à trois mois. Les volontaires doivent rejoindre le refuge par leurs propres moyens (5h de bus depuis la capitale Quito pour rejoindre Puyo, puis Puyo-Tarqui en 30 min de bus, coût d’environ $8).

Si les volontaires parlent espagnol c’est génial car Willian a des tas de choses à vous apprendre ! Si vous ne parlez qu’anglais, Fanny vous aidera pour tout. Si vous ne parlez que français, c’est aussi faisable (bien que plus compliqué, mais ils ont déjà reçu un volontaire dans ce cas-là). Le Refuge accueille également des stagiaires.

Les volontaires sont nourris (quasiment comme les clients du restaurant, un délice !) et logés. La maison des volontaires se trouve en plein milieu du refuge : les réveils et couchers sont magnifiques ! La capacité d’accueil est de 12 personnes (chambres privées ou partagées, eau chaude et wifi). Étant donné les difficultés qu’ont Fanny & Willian à gagner leur vie, ils demandent aux volontaire une participation financière de $150/semaine (mais croyez-moi, ce n’est pas volé !). Les volontaires ont la possibilité de poser un jour de repos.

Les Aider

Vous pouvez aider Fanny & Willian à continuer leur action pour les animaux de différentes façons :

||||| 0 J\'aime ! |||||

5 thoughts on “Mathilde – Ecovolontariat au ZooRefugio de Tarqui (Equateur)

  1. Bonjour Mathilde, je te félicite de ce magnifique témoignage qui me donne vraiment envie de partir faire du volontariat dans ce refuge. Je viens de contacter Fanny pour l’informer de mon souhait de passer 3 mois en 2018 avec eux et tes conseils seraient les bienvenus pour préparer ce voyage. Mon anglais est sommaire car je ne le pratique pas dans mon entreprise mais je suis extrêmement motivée .
    merci d’avance de ton retour. Et encore Bravo.

    1. Hello Sixtine !
      Je viens juste de prendre connaissance de ton commentaire.
      Je suis de retour au refuge jusqu’août !
      N’hésite pas à me contacter via mon blog 🙂 on discute de tout ça quand tu veux !

      Pour répondre à Laura : le salaire minimum légal ici est de 400$ environ, c’est ce que touchent tous les employés. Willian est très dur avec eux, mais là c’est aussi une distance culturelle qui nous sépare. Les équatoriens ne sont pas réputés pour leur douceur… Le concernant, je ne sais pas si tu as pu passer assez de temps avec pour bien le cerner comme dit Julien… Mais bon, je comprends que ça ne puisse pas passer avec tout le monde ! C’est normal que tout le monde ne s’entende pas tout le temps 🙂
      Pense quand même à souligner les points positifs la prochaine fois… On ne passe pas notre vie avec Will au final 🙂
      Pour la nourriture des jours libres : la politique du refuge est qu’elle est à nos frais mais si vous vous pointez au restau aux temps des repas ils vous nourrisez comme tous les jours… Il suffisait d’y penser 🙂

  2. Bonjour,

    J’ai passé un mois dans ce refuge. Je n’ai pas voulu y prolonger mon séjour. Oui, Fanny est très accueillante, toujours prête à aider. Autant j’ai adoré Fanny autant j’ai eu du mal avec William. Non pas que ça se soit mal passé. On pouvait discuter intelligemment. Mais dès que je l’ai vu, et en le côtoyant plus, je n’accrochais pas du tout. Quelque chose en moi me disait que c’est un (pardon pour ce mot désuet) filou. Au-delà de son accueil il y a quelque chose de moins rose derrière.
    Et j’ai eu du mal avec la façon dont il traite ses employés.

    Et je trouve que cela reste cher. En un mois on paye l’équivalent d’un salaire moyen en Équateur pour se loger et manger (sans compter les repas du dimanche non inclus, et les repas du soir étaient les restes du midi). Une des cuisinières m’a dit toucher en un mois la moitié de ce que l’on peut verser en tant que volontaire en un mois.
    Payer autant pour travailler… je ne le referai plus.

    Bon, je soulève les points négatifs, mais il y a eu aussi de bons moments.

    1. Merci pour ton témoignage qui pourra être utile à d’autres ! C’est toujours bien d’avoir plusieurs témoignages pour se faire une idée.

  3. Bonjour,

    J’ai passé 5 semaines au refuges avec d’autres volontaires . Ce fût tout simplement génial !j’ai appris énormement de choses grâce à fanny , willian et leurs employé(es). Je rejoinds un peu l’avis de laura par rapport aux relations avec fanny et willian…

    Fanny est vraiment une personne gentille , serviable et n’hésite pas à vous aider si vous avez le moindre soucis .

    Willian est quelqu’un d’assez special et très exigeant par rapport au travail ( voire meme de trop par rapport à ses employés ) . Il peut paraître froid, dur , distant par moment avec un manque d’emphatie…mais au fond c’est quelqu’un de sociable qui aime enseigner son savoir aux autres et apporter son experience. 🙂 il faut du temps pour le cerner et le comprendre .

    J’ai meme l’intention d’y retourner en 2020 si possible ^^.
    Perso , on paye pas specialement chère je trouve , on est hebergé dans une énorme cabane , avons 3 repas par jours sauf pour nos jours de repos (repas à nos frais) et on a la possibilité d’approcher et de travailler auprès d’animaux sauvages voire meme de les soigner pour ceux en zone de quarantaine.

    Quand on voit le prix pour decouvrir le métier de soigneur ou de faire un stage en france dans un zoo ..bah je prefere largement donner mon argent au refuge qui pour moi est plus utile .^^

    Travailler à tarqui c’est l’aventure jusqu’a nos chambres , on peut tomber nez à nez avec une mygale, rat , lézard, cafard, grenouille … un conseil : prenez un singe comme bodyguard hahahahah

    Hâte d’y retourner;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *